02.08.2017 : J’ai reçu un message

Ce matin je me suis levé un peu en colère, il s’agit du jour où nous vivons à crédit.
Vu qu’il faudrait plus d’une terre pour s’épanouir comme nous l’entendons. Je me suis posé une question de légitimité, par exemple : nous utilisons des litres d’eaux potables pour évacuer nos excréments, allez expliquer ça à ceux qui crèvent de soif. Même combat sur les tonnes d’eau balancées sur le maïs qui servira à nourrir les bestioles que nous bouffons abondamment. Parlez-en à ceux qui crèvent de faim.

Il faut continuer d’utiliser des milliards de devises, des millions de tonnes de ressources pour observer, identifier ce que nous ne connaissons pas. « Il existe encore plus petit et plus grand que nous le pensions ! »
Super, parlons-en à ceux qui voient l’eau montée sous leurs fenêtres.

Vous l’aurez compris, j’étais colère ! Mais après je me suis bien détendu en tombant sur un article qui parlait de la « sixième extinction des animaux »… Sérieux ! Il s’agissait d’un média moins nuls que d’autres pourtant… Depuis quand on se dissocie à ce point du reste du monde ? Le terme est « la sixième extinction » point barre./ Une extinction d’espèce c’est déjà pas cool, mais une extinction des espèces, ça craint carrément.

Pour la faire courte, les cinq précédentes ont un scénario plus ou moins similaires à une vache près (ou un tricératops près…) les espèces fragiles crèvent, les espèces plus ou moins vaillantes crèvent (parce qu’elles ont plus rien à becter) les espèces dominantes crèvent (puisque dominantes, donc terriblement dépendantes des autres). Ne reste que les chanceux ou les plus aptes à se démerder.

Nous vivons la sixième les copains ! Allez vite voir des ours blanc et autres bestioles mignonnes, car dans moins de cent piges, on pourra marcher et nager où l’on veut sans prendre le risque de tomber sur des animaux… Merde on va bouffer quoi ?

C’est à ce moment que j’ai reçu un message,
« Non, je ne suis pas votre mère, pour preuve : je ne vous ai pas reconnu à votre naissance, je ne vous ai pas invité, vous ne faites pas parti de mon plan puisque je n’en ai pas.

Vous êtes là, vous évoluez selon votre définition du terme, vous analysez les situations de votre point de vu. Vous créez chaque jour des nouvelles notions, concepts, découvertes. Oui vous êtes les dominants, c’est le cas pour l’instant, comme c’était le cas pour d’autres espèces dans le passé.

Il y a ceux qui croient en ce qui ne se voit pas, ceux qui ne jurent uniquement par ce qui se constate. Au milieu il y a ceux qui ne comprennent pas.

Une des notions que vous avez inventée est déroutante, car elle traduit un beau et riche sentiment, mais elle est aux antipodes de ce que vous êtes. Le respect.

Que représente le respect ? L’humain respecte l’humain. Il respecte son environnement, mais s’il respecte la vie, un dilemme survient. Respecter la vie de l’environnement n’est pas ou peu cohérent avec la vie humaine. Vous vous nourrissez de la vie pour vous développer. Vous connaissez les stocks de ressources, pourtant vous les exploitez plus qu’ils ne se régénèrent. Vous avez conscience de la dégradation de votre environnement.

Vous respectez plus votre développement que votre environnement. Pire, une intime conviction vous habite depuis quelques temps (sur l’échelle de votre temps), le monde que vous laisserez à votre descendance sera plus hostile que celui que vous avez connu.

Il y a ceux qui regardent et qui sont effrayés, ceux qui détournent le regard ou se cachent les yeux. Au milieu il y a ceux qui ne comprennent pas.

Je ne suis pas triste, je ne suis pas révoltée, je ne pense pas car je ne suis pas.

Je suis matière autours du soleil, je suis suffisamment d’élément pour abriter ce que vous appelez la vie. En moi, sur moi, l’espace et le temps n’ont aucune importance. Le temps pour lequel seul l’humain voue un intérêt, m’est inconnu, je n’ai donc ni jeunesse, ni vieillesse.

Devriez-vous porter de l’importance à ce qui n’est pas conscient ? Faut-il savoir ce qui est conscient et ce qui ne l’est pas. Mais il n’y a que vous qui donnez les définitions, notamment celle de la conscience. 

Aujourd’hui est un grand jour pour vous les humains, vous devenez croyants et prouvez physiquement votre foi. Vous croyez malgré tout en une chose inconsciente. Vous croyez en moi, votre terre, votre habitacle, votre environnement. 

Cette foi inattendue est sur le point de me faire exister, je dois choisir : Devenir maîtresse de mon destin ou faire confiance à ceux qui pensent être mes enfants ? »

One Comment on “02.08.2017 : J’ai reçu un message

  1. J’ai vu, moi aussi, la triste publication marquant ce jour…et j’apprenais seulement ce jour là, cette année, seulement maintenant ! l’existence de ce jour ! Ce qu’il représentait…
    Oui, passée la surprise, colère et tristesse se mélangent. Puis vient l’espoir. Espoir en l’avenir et en ceux qui agissent pour changer le cours des choses.
    Bravo et merci pour ce magnifique texte, à Mr Rudy et à toi Ana Dess !!!
    Nos pensées s’allient avec tant d’autres pour le futur de notre mère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *