Se sentir vivre, libre

En ce moment je travaille sur un livre d’illustration jeunesse avec M. Rudy.
Auteur
de ce projet à venir, je souhaite partager avec vous un temps de poésie à 4 mains.
(Texte : M.Rudy / Illustrations : Ana Dess)

+++++++++++++++++++++++++++

Je regarde l’herbe pousser. Une sorte de coléoptère me fait bien planer, il se pose grossièrement à mes pieds, à peine atterri, il grimpe sur la plus haute brindille qui se trouve à proximité.

Il y a un peu de bise, pas de quoi me décoiffer mais suffisamment pour faire balancer l’insecte cramponné dans tous les sens.

Les oiseaux piaffent, le calme est puissant et pourtant…

Ce petit insecte se prépare à reprendre son envol quelque peu chaotique. Je ne pense pas qu’il maitrise la trajectoire, il se repose, recommence l’opération. Encore et encore, balancé et secoué par le vent, haute brindille, envol…

En observant de plus près, je trouve que les fourmis sont agitées aussi, des petites et des grosses foncent dans tous les sens. Chargées ou pas, elles ne s’arrêtent jamais.

Mon chat me surprend et entre dans mon champ de vision, il piétine au milieu du joli tableau qui se dessinait ici-bas. Il miaule, se frotte à ma jambe me demandant quelques caresses avant de repartir.

Est-ce que les fourmis ont vu ce gros machin poilu ? Pas dit.

Moi, je suis planté là. Je contemple et médite à ma façon. Les insectes aux alentours ne me remarquent pas. Sans doute suis-je une sorte d’arbre pour eux.

Le soleil brille face à moi, trois bouleaux et un tilleul sont dans mon dos. Dans mon esprit et à ce moment précis, il y a : la magie du cosmos devant et le résultat de celle-ci derrière.

Je suis donc celui qui interprète, ou plutôt celui qui est  fait de poussière stellaire et celui qui vibre, animé grâce aux conséquences.

Je suis l’Homme qui nomme, qui analyse, qui veut tout comprendre. Je suis l’animal qui s’est dressé sur ses pattes arrière, pour se tourner vers le ciel. J’ai décidé depuis peu (sur l’échelle de l’évolution) de me situer entre mon habitat et les astres. Je comprends de plus en plus la relation entre l’infiniment grand et petit. Je veux aujourd’hui voir l’invisible. Connaître les ficelles de ce tour.

Je suis l’être qui légifère, qui philosophe, qui instruit. J’éduque mais parfois (ou souvent), je conditionne, je formate. J’invente des notions, je crée la force et la faiblesse, je crée le pouvoir.

Dans cette ambivalence, je suis parfois triste car j’ai aussi créé la notion de peur. Pas la peur qui pourrait être naturelle, comme celle d’être chassé face à son prédateur (soit dit en passant correspond à l’instinct de survie). Mais la peur incompréhensible : la peur d’être jugé, la peur d’être perçu comme différent, la peur de décevoir. Alors j’ai créé des moules, des sociétés, des organisations. Avec des règles, des suggestions ou des obligations. J’ai morcelé, comprimé ou amputé la plus belle des notions que nous avons perçue des astres. La Liberté.

La liberté du coléoptère qui grimpe, qui se fait balloter, qui s’envole. La liberté de la fourmi qui opère pour une raison commune, sa survie. La liberté du soleil, détaché à des années-lumière de ses frères et sœurs mais raccordé à eux du début à la fin. Pour recommencer par un début et une fin, à l’infini. Je suis enraciné dans cette terre, elle a tout fait pour moi, puisque je suis là. Je suis connecté à l’univers, père de ma terre, il a tout fait pour moi, puisque je suis là.

Retournons à la contemplation, ne regardons plus nos créations mais admirons ce qui nous crée chaque jour.

Détournons nos regards des notions créées de toute pièce, cherchons en nous ce qui nous conduira à la liberté. Dressons nous contre ces hommes ou ces femmes qui cherchent le pouvoir pour nous imposer leur peur.

Ne pleurons pas mais, respectons les millions ou milliards de vie ôtées à cause de peureux au pouvoir.

Il paraitrait que transporter notre amour serait plus difficile qu’exprimer la colère.
Qui a décidé de cela ? Vous ?

2 Comments on “Se sentir vivre, libre

  1. Quel texte absolument magnifique !!!
    Placé dans un écrin coloré que sont tes deux magnifiques dessins !!!
    Quelle poésie, quelle réflexion et quelle force !!!
    Plaisir des mots et des images. Richesse des émotions et des pensées.
    A lire et relire pour voyager, se trouver à chaque fois les deux pieds dans l’herbe et la tête dans les étoiles…
    Félicitation à tout les deux et merci pour votre création…qui nous créé aussi.

    • Merci Jean-Christophe. Nous sommes très touchés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *