Merci à vous pour votre soutien, vos messages.
Je vous souhaite un très bel été.

Vous pouvez me retrouver en concert le 2 août, au Festival Brassens à Charavines (38), à 19h.
Concert en plein air, gratuit.
Plus d’informations ICI

Chaque personne ayant acheté « Le monde de Yuïla » a pu télécharger gratuitement « La Chanson d’Alice ».
Une chanson que j’ai écrite en 2011, suite aux premières idées de Rudy.

Vous pouvez l’écouter aujourd’hui :

La Chanson d’Alice

Morphée retire sa parure,
dans un soupir disparaît.
Pour que la lune s’évapore,
le soleil se dore.

Refrain :
Quand tout s’éteint pour Alice,
c’est dans les songes qu’elle se glisse.
Avec malice elle dirige,
ses grandes croisades poétiques.

Quel délice pour Alice,
à dos de rat,
elle parcourt ces contrées fantastiques.
Elle n’est plus qu’une simple petite fille.
Dans cette vie elle se hisse, virevolte et s’enfuit
pour que le rêve persiste.

Elle brode les mots entre eux,
invite le monde à entrer,
dans l’extraordinaire des phrases dentelées,
où se cache la souris aux dents de lait,
où le pouvoir de l’imaginaire est roi,
elle invente le vrai.

Héroïne, elle bataille pour délivrer son Moi véritable des griffes du silence.
Sur les ruines elle installe la légende inoubliable de sa propre existence.

Refrain

Quel supplice pour Alice
lorsque le jour se lève,
dans le réel elle s’enlise.
Sur sa peau les traces du sommeil
lui rappellent qu’elle est seule et soumise
à la loi de sa maladie.

Alors elle dessine ses rêves.
Dans sa chambre elle révèle
son monde coloré sur des feuilles de papier
où des êtres surnaturels combattent sans pitié
le monstre obscur qui l’empêche de parler.

Elle joue en attendant patiemment la nuit qui la libère enfin de ses différences.
Elle jure de chevaucher vaillamment jusqu’à atteindre les terres de la délivrance.

Refrain

Voici le royaume des ombres,
qui apparaît sur ce monde.
Le peu de lueur qui s’estompe,
laissant les traits d’une estampe.

Dans cette vidéo je vous invite à découvrir étape par étape la mise en couleur de cette illustration : aquarelle, encre de chine, crayons de couleurs.

Je commente mes choix et vous explique ma démarche de création.
En fin de vidéo vous pouvez écouter le slam écrit pour cette illustration : Dans les ténèbres

Bon visionnage à vous,

Dans les ténèbres, seule je suis partie te chercher
Marche après marche, blessée, même écorchée
J’ai regardé la mort en face jusqu’à ce qu’elle te laisse en paix
Au milieu des cendres j’ai regardé mes restes ramper

Tu sèmes le chaos, je nous aime même KO
Il fait nuit même le jour, le vent sèche mes joues
Aux tréfonds de ton âme regarde tu te meurs de l’intérieur
Tes démons installent de toute part le règne de la terreur

Je mets en pièce tes paroles, tes gestes
Ta colère, tous ces mots si injustes
Transpercent ma raison et dans mon corps s’incrustent
Les mots fusent et dans un éclat s’écrasent

Quel mal te possède alors que ta vie sombre en enfer
Dans ce corps vidé c’est tout tes sens qu’on enferme
Tel Orphée j’ai traversé le styx en suivant ses méandres
J’ai chassé ces fantômes jusqu’à atteindre le néant.

J’ai arraché mon cœur pour allumer la mèche
Brûler mes promesses pour faire sauter la brèche
Dans cette bataille j’ai tué mes rêves pour sauver les tiens
La clé est dans ton cœur, c’est toi qui la détiens

Meurtri, piégés ensemble dans le vide,
J’ai crié, ravivé la flamme
Unis par la noirceur de nos vies
Je serais à jamais ta femme

Ana Dess

Visuel-PasserelleAujourd’hui je vous invite à découvrir une nouvelle chanson : Sur cette passerelle, je rêve.

Ce titre a une histoire particulière. Il y a deux ans j’ai animé des ateliers d’écriture avec des personnes âgées de deux hôpitaux de Givors. Ils m’ont confié leurs souvenirs liés au fleuve « Rhône », je suis rentrée chez moi chargée du cadeau de leurs mémoires. De là, les mots sont nés et j’ai écrit cette chanson pour leur rendre hommage.

 » Je transporte ces mots franchissant ce cours
Je suis le messager de ces vers qui s’écoulent. »

Vous pouvez l’écoutez ici

************************************************************************************************************

Sur cette passerelle, je rêve

Assis sur mon banc mes pensées s’écoulent lentement
Je peins mes mémoires pour un voyage hors du temps

Je sens la vibration des pas sur le bitume
On échange sur le pont les dernières habitudes
Les pavés martelés révèlent les coutumes
Les arrêts, les passages, les partages, les coups durs
L’odeur du savon se mélange à la rosée du matin
Les lavandières trempent leur linge, la nuit s’éteint
La mousse disparaît dans le bleu du fleuve
Alors que se réveillent mes souvenirs en fleurs

Refrain : X2
Sur cette passerelle, je rêve
Du temps d’avant
Je traverse jusqu’à cette rive
Portée par le vent

Assis sur mon banc mes pensées s’écoulent lentement
Je peins mes mémoires pour un voyage hors du temps

Les bateaux passent transportant vies et songes
Alors que trépassent mes illusions, mes mensonges
J’entends la colère de l’eau qui m’inonde
Creusant son lit au plus profond du monde

Assis sur la rive, les pécheurs attendent, patience
L’instant où leur prise l’entraînera au fond, méfiance
Immobile, suspendu dans l’instant
J’admire la nature résistante

Refrain : X2
Sur cette passerelle, je rêve
Du temps d’avant
Je traverse jusqu’à cette rive
Portée par le vent

Assis sur mon banc mes pensées s’écoulent lentement
Je peins mes mémoires pour un voyage hors du temps

J’écoute la crue qui gronde, les ponts s’effondrent
Du ciel jaillissent les bombes, les éclairs et la foudre
L’histoire emporte ses pierres, l’homme construit
Un nouvel horizon s’élève, sans un bruit

J’entrevois l’espoir d’une nouvelle romance
Sur la rive d’en face, une plage à écrire immense
Je transporte ces mots franchissant ce cours
Je suis le messager de ces vers qui s’écoulent

Refrain : X2
Sur cette passerelle, je rêve
Du temps d’avant
Je traverse jusqu’à cette rive
Portée par le vent

Ana Dess

5/5