Amoureuse de la nature, et respectueuse de toutes formes de vies. Je me joins à toutes celles et ceux qui se battent pour un monde meilleur.
Je célèbre la biodiversité, la richesse de notre mère terre.
 
Parce qu’au fond on croit en un monde meilleur
Qu’importe notre art pour exprimer nos sentiments
Parce qu’on se bat pour faire fleurir nos coeurs
Sous notre plume, l’encre jamais ne ment
 
Cliquez sur les images pour les voir en grand.

La ferme Epona est un lieu pas comme les autres. On s’y sent comme à la maison, les animaux se baladent tranquillement : poules, canards, cochons, chiens, chats… Et surtout on peut y voir des poneys danser !

C’est un lieu où le temps s’arrête.

Avez-vous déjà vu un canard au cou tordu dormir contre un cochon ? Un cheval aveugle vous faire des câlins ?

A la ferme Epona, Alexandra et sa famille vous accueillent tel que vous êtes ! Ils se battent pour de meilleurs lendemains, pour remettre du sens dans nos vies. C’est pour toutes ces raisons que je suis venue 3 jours mettre de la couleur sur leurs murs et fêter la sortie d’Ana Dess se plie en 4 – Tome 3. 

Alors si vous passez vers Châtonnay, n’hésitez pas à vous y arrêter. Même 5 minutes. Vous serez surpris !

Merci à Maxence, Matys, Fanny, Alexandra, Romuald et tous les animaux de la Ferme Epona. Vous êtes lumineux !

Infos :
Ferme EPONA
, 1356 route des Hautes Combes 38440 Châtonnay
Page Facebook : https://www.facebook.com/ferme.epona/

Ce matin je me suis levé un peu en colère, il s’agit du jour où nous vivons à crédit.
Vu qu’il faudrait plus d’une terre pour s’épanouir comme nous l’entendons. Je me suis posé une question de légitimité, par exemple : nous utilisons des litres d’eaux potables pour évacuer nos excréments, allez expliquer ça à ceux qui crèvent de soif. Même combat sur les tonnes d’eau balancées sur le maïs qui servira à nourrir les bestioles que nous bouffons abondamment. Parlez-en à ceux qui crèvent de faim.

Il faut continuer d’utiliser des milliards de devises, des millions de tonnes de ressources pour observer, identifier ce que nous ne connaissons pas. « Il existe encore plus petit et plus grand que nous le pensions ! »
Super, parlons-en à ceux qui voient l’eau montée sous leurs fenêtres.

Vous l’aurez compris, j’étais colère ! Mais après je me suis bien détendu en tombant sur un article qui parlait de la « sixième extinction des animaux »… Sérieux ! Il s’agissait d’un média moins nuls que d’autres pourtant… Depuis quand on se dissocie à ce point du reste du monde ? Le terme est « la sixième extinction » point barre./ Une extinction d’espèce c’est déjà pas cool, mais une extinction des espèces, ça craint carrément.

Pour la faire courte, les cinq précédentes ont un scénario plus ou moins similaires à une vache près (ou un tricératops près…) les espèces fragiles crèvent, les espèces plus ou moins vaillantes crèvent (parce qu’elles ont plus rien à becter) les espèces dominantes crèvent (puisque dominantes, donc terriblement dépendantes des autres). Ne reste que les chanceux ou les plus aptes à se démerder.

Nous vivons la sixième les copains ! Allez vite voir des ours blanc et autres bestioles mignonnes, car dans moins de cent piges, on pourra marcher et nager où l’on veut sans prendre le risque de tomber sur des animaux… Merde on va bouffer quoi ?

C’est à ce moment que j’ai reçu un message,
« Non, je ne suis pas votre mère, pour preuve : je ne vous ai pas reconnu à votre naissance, je ne vous ai pas invité, vous ne faites pas parti de mon plan puisque je n’en ai pas.

Vous êtes là, vous évoluez selon votre définition du terme, vous analysez les situations de votre point de vu. Vous créez chaque jour des nouvelles notions, concepts, découvertes. Oui vous êtes les dominants, c’est le cas pour l’instant, comme c’était le cas pour d’autres espèces dans le passé.

Il y a ceux qui croient en ce qui ne se voit pas, ceux qui ne jurent uniquement par ce qui se constate. Au milieu il y a ceux qui ne comprennent pas.

Une des notions que vous avez inventée est déroutante, car elle traduit un beau et riche sentiment, mais elle est aux antipodes de ce que vous êtes. Le respect.

Que représente le respect ? L’humain respecte l’humain. Il respecte son environnement, mais s’il respecte la vie, un dilemme survient. Respecter la vie de l’environnement n’est pas ou peu cohérent avec la vie humaine. Vous vous nourrissez de la vie pour vous développer. Vous connaissez les stocks de ressources, pourtant vous les exploitez plus qu’ils ne se régénèrent. Vous avez conscience de la dégradation de votre environnement.

Vous respectez plus votre développement que votre environnement. Pire, une intime conviction vous habite depuis quelques temps (sur l’échelle de votre temps), le monde que vous laisserez à votre descendance sera plus hostile que celui que vous avez connu.

Il y a ceux qui regardent et qui sont effrayés, ceux qui détournent le regard ou se cachent les yeux. Au milieu il y a ceux qui ne comprennent pas.

Je ne suis pas triste, je ne suis pas révoltée, je ne pense pas car je ne suis pas.

Je suis matière autours du soleil, je suis suffisamment d’élément pour abriter ce que vous appelez la vie. En moi, sur moi, l’espace et le temps n’ont aucune importance. Le temps pour lequel seul l’humain voue un intérêt, m’est inconnu, je n’ai donc ni jeunesse, ni vieillesse.

Devriez-vous porter de l’importance à ce qui n’est pas conscient ? Faut-il savoir ce qui est conscient et ce qui ne l’est pas. Mais il n’y a que vous qui donnez les définitions, notamment celle de la conscience. 

Aujourd’hui est un grand jour pour vous les humains, vous devenez croyants et prouvez physiquement votre foi. Vous croyez malgré tout en une chose inconsciente. Vous croyez en moi, votre terre, votre habitacle, votre environnement. 

Cette foi inattendue est sur le point de me faire exister, je dois choisir : Devenir maîtresse de mon destin ou faire confiance à ceux qui pensent être mes enfants ? »

Dans cette vidéo je vous invite à découvrir étape par étape la mise en couleur de cette illustration : aquarelle, encre de chine, crayons de couleurs.

Je commente mes choix et vous explique ma démarche de création.
En fin de vidéo vous pouvez écouter le slam écrit pour cette illustration : Dans les ténèbres

Bon visionnage à vous,

Dans les ténèbres, seule je suis partie te chercher
Marche après marche, blessée, même écorchée
J’ai regardé la mort en face jusqu’à ce qu’elle te laisse en paix
Au milieu des cendres j’ai regardé mes restes ramper

Tu sèmes le chaos, je nous aime même KO
Il fait nuit même le jour, le vent sèche mes joues
Aux tréfonds de ton âme regarde tu te meurs de l’intérieur
Tes démons installent de toute part le règne de la terreur

Je mets en pièce tes paroles, tes gestes
Ta colère, tous ces mots si injustes
Transpercent ma raison et dans mon corps s’incrustent
Les mots fusent et dans un éclat s’écrasent

Quel mal te possède alors que ta vie sombre en enfer
Dans ce corps vidé c’est tout tes sens qu’on enferme
Tel Orphée j’ai traversé le styx en suivant ses méandres
J’ai chassé ces fantômes jusqu’à atteindre le néant.

J’ai arraché mon cœur pour allumer la mèche
Brûler mes promesses pour faire sauter la brèche
Dans cette bataille j’ai tué mes rêves pour sauver les tiens
La clé est dans ton cœur, c’est toi qui la détiens

Meurtri, piégés ensemble dans le vide,
J’ai crié, ravivé la flamme
Unis par la noirceur de nos vies
Je serais à jamais ta femme

Ana Dess

Accrochés sur cette petite planète, au milieu de l’espace infini.
Espèce fascinante, enfants des étoiles au coeur d’une symphonie.

En ce moment je travaille sur un livre d’illustration jeunesse avec M. Rudy.
Auteur
de ce projet à venir, je souhaite partager avec vous un temps de poésie à 4 mains.
(Texte : M.Rudy / Illustrations : Ana Dess)

+++++++++++++++++++++++++++

Je regarde l’herbe pousser. Une sorte de coléoptère me fait bien planer, il se pose grossièrement à mes pieds, à peine atterri, il grimpe sur la plus haute brindille qui se trouve à proximité.

Il y a un peu de bise, pas de quoi me décoiffer mais suffisamment pour faire balancer l’insecte cramponné dans tous les sens.

Les oiseaux piaffent, le calme est puissant et pourtant…

Ce petit insecte se prépare à reprendre son envol quelque peu chaotique. Je ne pense pas qu’il maitrise la trajectoire, il se repose, recommence l’opération. Encore et encore, balancé et secoué par le vent, haute brindille, envol…

En observant de plus près, je trouve que les fourmis sont agitées aussi, des petites et des grosses foncent dans tous les sens. Chargées ou pas, elles ne s’arrêtent jamais.

Mon chat me surprend et entre dans mon champ de vision, il piétine au milieu du joli tableau qui se dessinait ici-bas. Il miaule, se frotte à ma jambe me demandant quelques caresses avant de repartir.

Est-ce que les fourmis ont vu ce gros machin poilu ? Pas dit.

Moi, je suis planté là. Je contemple et médite à ma façon. Les insectes aux alentours ne me remarquent pas. Sans doute suis-je une sorte d’arbre pour eux.

Le soleil brille face à moi, trois bouleaux et un tilleul sont dans mon dos. Dans mon esprit et à ce moment précis, il y a : la magie du cosmos devant et le résultat de celle-ci derrière.

Je suis donc celui qui interprète, ou plutôt celui qui est  fait de poussière stellaire et celui qui vibre, animé grâce aux conséquences.

Je suis l’Homme qui nomme, qui analyse, qui veut tout comprendre. Je suis l’animal qui s’est dressé sur ses pattes arrière, pour se tourner vers le ciel. J’ai décidé depuis peu (sur l’échelle de l’évolution) de me situer entre mon habitat et les astres. Je comprends de plus en plus la relation entre l’infiniment grand et petit. Je veux aujourd’hui voir l’invisible. Connaître les ficelles de ce tour.

Je suis l’être qui légifère, qui philosophe, qui instruit. J’éduque mais parfois (ou souvent), je conditionne, je formate. J’invente des notions, je crée la force et la faiblesse, je crée le pouvoir.

Dans cette ambivalence, je suis parfois triste car j’ai aussi créé la notion de peur. Pas la peur qui pourrait être naturelle, comme celle d’être chassé face à son prédateur (soit dit en passant correspond à l’instinct de survie). Mais la peur incompréhensible : la peur d’être jugé, la peur d’être perçu comme différent, la peur de décevoir. Alors j’ai créé des moules, des sociétés, des organisations. Avec des règles, des suggestions ou des obligations. J’ai morcelé, comprimé ou amputé la plus belle des notions que nous avons perçue des astres. La Liberté.

La liberté du coléoptère qui grimpe, qui se fait balloter, qui s’envole. La liberté de la fourmi qui opère pour une raison commune, sa survie. La liberté du soleil, détaché à des années-lumière de ses frères et sœurs mais raccordé à eux du début à la fin. Pour recommencer par un début et une fin, à l’infini. Je suis enraciné dans cette terre, elle a tout fait pour moi, puisque je suis là. Je suis connecté à l’univers, père de ma terre, il a tout fait pour moi, puisque je suis là.

Retournons à la contemplation, ne regardons plus nos créations mais admirons ce qui nous crée chaque jour.

Détournons nos regards des notions créées de toute pièce, cherchons en nous ce qui nous conduira à la liberté. Dressons nous contre ces hommes ou ces femmes qui cherchent le pouvoir pour nous imposer leur peur.

Ne pleurons pas mais, respectons les millions ou milliards de vie ôtées à cause de peureux au pouvoir.

Il paraitrait que transporter notre amour serait plus difficile qu’exprimer la colère.
Qui a décidé de cela ? Vous ?

Je vous présente la première de ma série des saisons :
Ma Dame d’hiver

Ci-dessous quelques photos des étapes de réalisations.

 

   

Un dessin réalisé pour rendre hommage à Marie Amélie Le Fur, à l’occasion de l’inauguration du terrain multi-sport de Montseveroux !

Merci à Thomas pour avoir dessiné le décor.

Pour celles et ceux qui se surpassent et font rêver.
Pour l’espoir qui donne naissance aux héros.

tirages-ma-web

rudy

Quatrième de la série d’illustrations « Renaissance »Renaissance4

« L’existence humaine se résume à une course contre la noirceur du monde, les traîtrises, la cruauté, la lâcheté, une course qui parait si souvent tellement désespérée mais que nous livrons tout de même tant que l’espoir subsiste. »
Jon Kalman Stefansson

Troisième de la série d’illustrations « Renaissance »Renaissance3

« Lorsque la voûte céleste est pure,
sa contemplation donne à l’esprit ‘ampleur de notre monde réel.
Savoir que l’humain contemple le même cosmos depuis son avènement
nous donne la mesure de notre précarité et de notre grandeur. »
Pierre Rabhi

Deuxième de la série d’illustrations « Renaissance »
Renaissance2

« Seule, j’ai assisté à ma renaissance
Phoenix, je renais de mes cendres. »
Ana Dess

Première de la série d’illustrations « Renaissance »Renaissance1

« Comment ai-je pu croire que tu m’appartenais
Toi cette terre, ma reine, m’as-tu pardonné ? »
Ana Dess

Mere-WEB

Acrylique sur toile – 90 x 70cm

Etoiles-WEB
Acrylique sur toile, 120 x 60cm

Gaia-WEBToile 60x90cm – Peinture acrylique

365 jours pour 365 croquis : l’aventure continue.

Voici de nouveaux dessins du mois de Août et Septembre.

Zombiecorne 2
IMG_2219

 

Manga
Aout2

Portrait d’Hélène
Aout3

Skyrim
Aout4

Jeu d’enfant
Septembre1

Le thé d’Alice
Septembre2

Cap d’Agde
Septembre3

365 jours pour 365 croquis : l’aventure continue.

Voici de nouveaux dessins du mois de Juillet.

Sur cette passerelle, je rêve
image1

Zombitions
IMG_1897

Médiéval
Juillet4

Guerrière
Juillet3

365 jours pour 365 croquis : l’aventure continue.

Voici de nouveaux dessins du mois de Juin.

Négatif – Craieavoir

 

Je démine… Ils m’ont pris pour un poseur de bombe. – Médine
IMG_1771

Aventurière
IMG_1810

ZombieCorne Power
IMG_1850

365 jours pour 365 croquis : l’aventure continue.

Voici de nouveaux dessins du mois de Mai.

Voyage au Maroc – Aquarelle
IMG_1535

IMG_1539

IMG_1542

IMG_1558

 

365 jours pour 365 croquis : l’aventure continue.

Voici de nouveaux dessins du mois d’Avril.

Perdre la tête
Avril1

L’ amitié ça crève les yeux
Avril2

Au cinéma
Avril3

Paysage nordique
IMG_1562

365 jours pour 365 croquis : l’aventure continue.

Voici de nouveaux dessins du mois de Mars.

Il y a des jours comme ça…IMG_1323

 

Soleil couchant sur la montagne
IMG_1347

iRobot
IMG_1374

Los Muertos
IMG_1418

Petit chat roupillant
IMG_1440

365 jours pour 365 croquis : l’aventure continue.

Voici de nouveaux dessins du mois de Février et Mars

Inspiration Corto Maltese

IMG_1262

 

Une femme envoie les cendres de son amour…

25032015

 

Hommage à Léonard Nimoy, acteur de Spock dans Startrek.

IMG_1306

365 jours pour 365 croquis : l’aventure continue.

Voici de nouveaux dessins du mois de Février.

L’orage arrive…

0402

 

Trop de neige, je lutte pour avancer

0202

 

0802

 

Au détour du Caravenserail Café

IMG_1118

 

Vendredi 13 – Inspiration viking

IMG_1207

Dans ma série Gaïa, voici un troisième dessin qui sera par la suite peint en grand format sur toile, en couleur !

 

Gaia-2

365 jours pour 365 croquis : l’aventure continue.

Voici de nouveaux dessins du mois de Janvier.

Après la visite de l’exposition Ghibli à Paris :
1701

Je me noie
IMG_0859

 

En écoutant « Sealand », le prochain album de mon amie Marieke :
2101

Week-end à la montagne
2401

2501

 

Anecdote de gare :
IMG_0881

Un amie m’a lancé le défi de réaliser cette année un dessin par jour. Un exercice plaisant, variant au grès des rencontres, de l’humeur et de l’inspiration.

Voici quelques dessins du mois de Janvier.

IMG_0868

IMG_0828

 

IMG_0832

 

IMG_0835

Voici une commande réalisée pour Noël, imprimée en 30x60cm sur un tableau en aluminium.

N’hésitez pas si vous avez une envie spéciale pour un anniversaire, la Saint Valentin, un mariage…

Je suis toujours heureuse de réaliser des tableaux UNIQUES !

Toile-Lenny-WEB

Après 3 jours sur le salon de l’Enfant et son univers j’ai fini de peindre un joli triptyque pour enfant !

Il est à vendre.
Il est possible d’acheter chaque pan séparément si un seul vous intéresse.
Contactez-moi par mail : com@anadess.com

Je serais enchantée de venir chez vous pour réaliser une fresque murale adaptée à votre budget et votre envie ! Je peins également sur les meubles, portes…. Et si vous êtes locataire, pas de problème ! On fixera sur votre mur une plaque sur laquelle je peindrais.

 

IMG_0170

 

Aujourd’hui je vous présente Gaïa, une illustration en cours pour ma série sur la nature, les arbres et la terre.

Notre mère à tous.

Gaia

 

Cette semaine j’avais envie de vous présenter le premier dessin d’une série sur la nature, les arbres et la terre.
Des croquis qui prendront vie par la suite en couleur sur toiles.

Dream-Tree

Cette semaine « Ana Dess se plie en 4 » fait une pause BD pour vous présenter une autre facette de mon travail : mes fresques murales !
Et contrairement à la BD, mes fresques sont pleines de couleurs !

Tous ces projets ont été réalisé sur-mesure.
peinture-Blog

Yannis

Martine

yuila

soham

boisdange

Voilà quelques étapes de la fresque et le final !!

LE FINAL !!

La fresque avance, voici quelques photos :

La chanson d’Alice (de l’album « Réflexions ») est née d’une envie d’illustrer un livre pour enfant.

Depuis longtemps je rêve de créer un livre-musique, où les illustrations se mêlent aux chansons. Chacune pouvant exister sans l’autre mais formant une autre facette du projet quand elles sont ensemble.

Je me lance donc enfin cet été ! Le scénario est prêt, il a été écrit par un charmant jeune homme, il ne me reste qu’à faire vivre sur papier cet univers, ces mots, ces couleurs qui m’ont séduite.

Pour débuter ce projet j’avais besoin de me plonger dans ce nouveau monde, en peignant une fresque.

Vous pourrez suivre pas après pas l’évolution sur ce blog.

 

Voici le croquis de la fresque :

35/35