Traverser l’enfer…

Traverser l’enfer…

Traverser les Fjords de l’ouest c’est un peu comme traverser l’enfer.

J’y ai découvert le silence : pas d’insectes, pas d’oiseaux, pas d’animaux, aucune âme qui vive… Juste le vent qui vient fouetter ces terres désolées. Des montagnes noires aux sommets desquelles viennent s’accrocher les nuages. La lumière donne vie à de sinistres personnages faits de roche, de lave et de mousse. Pas d’arbres. La pureté de la glace, de l’eau, illumine cette noirceur.
Et là je pense aux romans de Jon Kolmann Stefansson ( « La tristesse des anges »), et j’imagine la rudesse de la vie. Et surtout je comprends toute la profondeur du mot TERRE, du respect qu’elle impose aux hommes.

Devant cette force et cette beauté, je me sens plus vivante que jamais. 

 

image copie 2image copieimage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.