Promenons-nous

Promenons-nous

En 2008, je sortais mon premier album « Mise en scène ».

Découvrez le clip « Promenons-nous » réalisé par Arnaud Hauteroche.

Promenons nous

J’apprends mes textes les dialogues sont déjà écrits
Des pages entières pour ne pas que le danger accru
Accrocher le sens sur les mots
Approcher l’aisance sans les mains
Je prépare chaque détail avec soin
Plante le décor
Oublie l’affection.
En fixant un exemple
Je façonne ma voix, mon ton
J’éviscère le pire
En donnant naissance à ma fiction

Promenons nous dans les bois
Pendant que le loup y est pas
Loup y es-tu ?
Pendant que le loup y est pas.

Devant ma glace, un peu de fard sur mes joues
Un peu d’effet sans magie
Noircir mes yeux pour que l’effort s’imagine.
Coiffer ses boucles
Attendre qu’il pleuve quelques gouttes
Attacher ses perles à mon cou.
Une maîtrise perfide dans une améthyste parfaite
L’illusion parfume la pièce, un goût d’abord fade.
Puis les pulsions s’agitent
S’ajoutent mille sensations
Un peu plus chaque jour.

Promenons nous dans les bois
Pendant que le loup y est pas
Loup y es-tu ?
Pendant que le loup y est pas.

J’ajuste ma robe rose,
Ces voiles en proses sur ma peau
Enfile mon kimono
Oppose le blanc au rouge pur d’orient
Guide mon nom vers ces contrées
Je n’ai plus peur de rien
Face au miroir, j’admire l’ensemble
Enfin mon personnage prêt et laissant
Mes faiblesses au passé j’avance
Dans la lumière sur la scène, naissante.

Promenons nous dans les bois
Pendant que le loup y est pas
Loup y es-tu ?
Pendant que le loup c’est moi.

Devenir cette personne, tacher de mettre
Chaque jour ce masque
En perdre son âge
Pour que le pire se cache
Se méfier des chaperons
L’innocence est un don qui s’apprend

Je ne vois que des loups vêtus de costumes d’hommes
Les contes sont morts même les gosses tuent, volent
La cause du drame / nos racines pourrissent
Dans une fatalité synonyme de paresse.
Et regarde nos rues, nos vies, nos frères
Ne cherche pas une réponse au ciel à l’enfer sur terre
Le vice vient de notre ambivalence
Des hommes asservis par la dite violence.
Des valeurs en chute libre, on quitte nos laisses
Pour mieux se conformer au guide des lâches.
L’humanité une espèce en voie d’extinction
Plus personne ne distingue ceux
Qui croient encore en l’homme.

Mais qui croit encore en nous ?

Promenons nous dans les bois
Pendant que le loup y est pas
Loup y es-tu ?
Pendant que le loup c’est moi.

Ana Dess

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.